erldl ep

by emboe

/
  • Immediate download of 4-track album in your choice of high-quality MP3, FLAC, or just about any other format you could possibly desire.

     

1.
2.
3.
4.
01:05

about

emboe
erldl EP

1. il fallait que je respire
2. et je fredonne - feat. Jerome Orsoni
3. heaven is a place on earth with you
4. erldl

3rd part of a free ep's serie

credits

released 20 June 2014

released june 20th, 2014
1.3 & 4 : guitars, loops, recorded, mixed and mastering by Emmanuel Boeuf at pantin and champs sur marne (france).
2 : guitars by emmanuel boeuf / voice by Jerome orsoni / recorded and mixed by Guillaume Collet / mastering by Emmanuel Boeuf.

Read Jerome Orsoni :
papieresthetique.wordpress.com

***********************************************************************

CHRONIQUES :

www.xsilence.net :

Sons Of Frida n'existe plus, c'est un fait. Ce n'est pas pour autant qu'Emmanuel a mis son projet solo Emboe sous l'étouffoir. Nous retrouvons donc le One Man Band sous la forme d'un EP quatre titres (Erldl EP) toujours aussi noise et peut-être encore plus ambiant expérimental que la précédente sortie Colita De Rena. Preuve en est le quart d'heure éprouvant de "Il fallait que je respire" (aucun message envers ses anciens comparses, la composition ayant déjà plusieurs mois) ou encore les dix minutes de "Heaven Is A Place On Earth With You" dont il n'y a bien que le titre qui pourrait s'apparenter à une déclaration d'amour.
L'EP ne fait pourtant pas que dans le bruit blanc, "Et je fredonne" s'approchant de Enablers en plus atmosphérique mais la surprise vient probablement de cette obsession pour les cloches et autres carillons d'églises. Présentes sur tous les morceaux, puisqu'il faut bien appeler ainsi le découpage sonore effectué, ces notes pieuses apportent un aspect lancinant et froid à une musique qui n'en demandait pas tant.
Pour le reste, on retrouve une fascination pour l'agencement bordélique de sonorités orphelines, le plaisir sadique de maltraiter les instruments et de leur faire atteindre le climax où douleur et râle de jouissance se rejoignent, Emmanuel, en bon pervers psychopathe, faisant de sa guitare une chose malléable et soumise à ses caprices distordus.
Un disque peu évident, totalement anti-musical au sens du dénuement mélodique.

Arno Vice

tags

license

feeds

feeds for this album, this artist