aléa - part 1

by emboe

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      €3 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of aléa - part 1 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days

      €5 EUR or more 

     

1.
03:51
2.
01:52
3.

about

this is the first part of Aléa. Aléa is a 4 parts album and every volume will be released the last day of every month

all songs composed, played, recorded and mixed by Emmanuel Boeuf
mastered by Nicolas Dick
Produced by Christophe Feray

atypeek music records
www.atypeekmusic.com

credits

released October 31, 2016

Là où la plupart des gens se contentent de faire la même chose, encore et encore, Emmanuel Boeuf réinvente sans cesse la musique qu’il joue. Pourtant, des Sons Of Frida à Dernière Transmission en passant par A Shape, on aurait pu penser qu’il avait épuisé l’étendue de ses possibilités. Erreur : avec ce nouvel ensemble de EPs, Aléa, Emboe découvre de nouvelles ressources, abandonnant la guitare (son instrument fétiche) au profit de l’électronique, agissant en pure spontanéité, laissant les choses se faire et le faire, mobilisant inconsciemment toutes ses influences (et elles sont vastes, de Sonic Youth à Rihanna) pour produire un son qui ne ressemble à rien de ce qu’on connaissait de lui, mais surtout à rien de ce qu’on connaissait — tout simplement. Sombres, sexy, intimistes, bouillants, bruyants, les aléas d’Emboe doivent tout au hasard parce qu’ils ne doivent rien au hasard. Ce sont des événements, des accidents provoqués, qui ne viennent pas de nulle part, mais de l’imagination d’un musicien qui a oublié depuis longtemps qu’on devait se tenir bien tranquille dans une case. Là où la plupart des gens se contentent de refaire la même chose, encore et encore, Emmanuel Boeuf se réinvente sans cesse.
C’est à cela, sans doute, qu’on reconnaît un artiste.
Jérôme Orsoni

****************************************************************************

CHRONIQUES / REVIEWS

xsilence

Tous ceux qui, comme moi, pensaient connaître le musicien solitaire Emmanuel Boeuf, comprendre sa démarche artistique au sein du projet Emboe et les ambitions sonores tapies au plus profond de lui vont devoir dès à présent réviser leur jugement et remiser leurs certitudes.
Vraisemblablement, le contrat avec Atypeek Records ne s'est pas fait sur la base des travaux bruitistes d'hier mais bien sur la volonté claire de changement de ligne, un désir d'exploration de nouveaux territoires sonores qui se matérialise brillamment dès ce premier EP : Alea – part 1.
En trois titres ("Cold Clown" ; "Crash Rain" ; "Dreams Around") Emboe met en lumière une facette de lui-même qui, jusqu'à présent, avait eu du mal à trouver sa place au milieu des éboulements rouillés de guitares. Le travail sur les machines, que Dernière Transmission n'avait fait qu'effleurer, est ici le cœur même de la composition, sa raison d'être. Les guitares se sont tues et observent, songeuses, ces filaments spectraux de beats Electro occuper l'espace dont, jadis, elles furent les Reines.
Les auditeurs attentifs auraient sans doute dû savoir à quoi s'attendre sur Alea – part 1 mais pour ceux qui prennent l'histoire en cours de route, il va falloir désapprendre ce qu'ils savent d'Emboe et lire entre les lignes. Les Covers, les errances Noise de Erldl EP ou Colita De Rana ne sont pas à l'ordre du jour. D'ailleurs, lorsque Emmanuel, dans l'interview de janvier 2016 paru sur X-Silence, énumérait ses artistes favoris, il citait notamment The Cure, Joy Division et Public Enemy. Du Hip-Hop, de la Cold Wave, deux influences qui, à mon sens, expliquent le mieux Alea – part 1. En effet, on retrouve dans chacun des titres la froideur des rythmes Cold, les boucles minimales du Rap ("Crash Rain"), le tout passé à la moulinette d'une Electro qui, sur "Cold Clown" et "Dreams Around", me rappelle certains albums de Monolith.
Comme souvent chez Emboe, on ne peut pas parler de "chanson" au sens formaté du terme. Je perçois plutôt chacune des compositions comme des épanadiploses, des boucles hypnotiques d'un instant volé au réel et transfiguré par l'onirisme d'un homme seul face à ses outils, cérébraux et mécaniques. Un revirement étrange mais finalement pas si surprenant compte tenu du côté touche-à-tout d'un homme dont le talent pour créer des ambiances étranges, aussi douces qu'inquiétantes, n'est déjà plus à démontrer.
arno vice
www.xsilence.net

****************************************************************************

exitmusik

On pourrait naïvement penser qu’on va avoir affaire à un groupe noisy dès qu’on entraperçoit la tignasse bouclée d’Emmanuel Boeuf (Sons Of Frida, No.on). Ce serait oublier un peu vite son amour pour la musique au sens large et de tous horizons, négliger aussi son talent à se fondre dans des projets protéiformes (le dernier en date, Dernière Transmission, sonnait comme du spoken word/new wave/noisy, ne partez pas c’était vachement cool !).
Oublier aussi que le bonhomme caché sous le nom d’Emboe est capable de grand écart au sein du même EP en convoquant Rihanna aux côtés de Sonic Youth (!). Cette fois-ci point de grand écart. Ce nouvel EP qui sera suivi de 3 autres est très homogène, mais aussi très surprenant.
Les textures électroniques ont remplacé les organiques. Les basses en imposent, les beats se font tantôt tapageurs (« Cold Clown » qui cache tout de même des relents indus, on ne se refait pas) tantôt feutrés (« Dreams Around »). Le fil conducteur est cohérent mais les ambiances varient et l’on apprécie toujours se prendre quelque chose d’audacieux et inattendu sur le coin de la tronche.
De l’énergique « Cold Clown » à l’inquiétante « Dreams Around » en passant par la lente et langoureuse « Crash Rain », le voyage n’est pas un court fleuve tranquille.
Habituellement tourmenteur de guitares, Emmanuel Boeuf s’est mué cette fois en bricoleur de machines pour poursuivre ses pérégrinations sonores, toujours avec une soif d’exploration et une maitrise certaine.
De quoi aiguiser notre curiosité quand à la suite que va prendre cette nouvelle aventure…
JL

****************************************************************************

à découvrir absolument

Emmanuel Boeuf est l’un des musiciens français parmi les plus intègres qui soient. Loin du commérage artistique, loin de la hargne commerciale, il poursuit sa route avec discrétion mais refus du surplace. Car Emmanuel, comme d’autres, n’enregistre jamais pour se faire mousser : il y a chez lui un besoin, une pure passion qui l’oblige à la modestie. Et en effet : de nos jours, pouvoir enregistrer et sortir des albums en toute liberté, voilà le principal (le fric ? Emmanuel sait bien que pour un musicien, l’enjeu consiste à réinvestir, à donner des concerts pour financer le disque suivant).
Du coup, cet espace d’autonomie permet à Emmanuel de varier les registres – semble-t-il selon les humeurs. Cependant, qu’il navigue en groupe (les sublimes Sons of Frida) ou sur un mode français (Dernière Transmission, rare exemple contemporain d’un musicien sachant parfaitement écrire des paroles à la fois intimes mais mystérieuses, limpides mais pas trop), c’est toujours à une forme de recherches (sonores, linguistiques) que nous convie Emmanuel Boeuf.

Emboe, lui, représente la facette électronique de l’artiste. Aléa se déclinera en cinq parties : quatre EP’s numériques (qui sortiront à chaque fin de mois) puis l’intégrale (avec des inédits) pour février prochain.
Aléa - Part 1, même s’il sera intéressant d’écouter le geste global, est une introduction assez agrippeuse. Dark mais métronomique, cette musique se déroule telle une machine aux contours imperturbables. Et pourtant, le longiligne permet à Emboe de placer des nuances, des perturbations. Rien d’hermétique, au contraire : le socle rassure, pendant que les idées sonores (qui gravitent au-dessus de la base) parlent aux cœurs. Qu’il fasse du rock, du spoken word ou bien de l’électronique, Emmanuel Boeuf ne dévie guère de son éthique : le bonheur de la musique avant tout. C’est admirable.

tags

license

about

emboe Ile-de-France, France

Emboe is A noise / dark / ambiant / experimental project by Emmanuel Boeuf (derniere transmission,sons of frida, A shape) since 1997 to ....

between experimental noise and hushed ambiant sounds

contact / help

Contact emboe

Streaming and
Download help