Aléa - part 2

by emboe

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      €3 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Aléa - part 2 via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days

      €5 EUR

     

1.
2.
3.

about

this is the second part of Aléa. Aléa is a 4 parts album and every volume will be released the last day of every month

all songs composed, played, recorded and mixed by Emmanuel Boeuf
mastered by Nicolas Dick
Produced by Christophe Feray

atypeek music records
www.atypeekmusic.com

credits

released November 30, 2016

Là où la plupart des gens se contentent de faire la même chose, encore et encore, Emmanuel Boeuf réinvente sans cesse la musique qu’il joue. Pourtant, des Sons Of Frida à Dernière Transmission en passant par A Shape, on aurait pu penser qu’il avait épuisé l’étendue de ses possibilités. Erreur : avec ce nouvel ensemble de EPs, Aléa, Emboe découvre de nouvelles ressources, abandonnant la guitare (son instrument fétiche) au profit de l’électronique, agissant en pure spontanéité, laissant les choses se faire et le faire, mobilisant inconsciemment toutes ses influences (et elles sont vastes, de Sonic Youth à Rihanna) pour produire un son qui ne ressemble à rien de ce qu’on connaissait de lui, mais surtout à rien de ce qu’on connaissait — tout simplement. Sombres, sexy, intimistes, bouillants, bruyants, les aléas d’Emboe doivent tout au hasard parce qu’ils ne doivent rien au hasard. Ce sont des événements, des accidents provoqués, qui ne viennent pas de nulle part, mais de l’imagination d’un musicien qui a oublié depuis longtemps qu’on devait se tenir bien tranquille dans une case. Là où la plupart des gens se contentent de refaire la même chose, encore et encore, Emmanuel Boeuf se réinvente sans cesse.
C’est à cela, sans doute, qu’on reconnaît un artiste.
Jérôme Orsoni

****************************************************************************

CHRONIQUES :

Après les reprises pas piqués des hannetons du Covers EP l’an passé, du fabuleux Diamond Sea de Sonic Youth à... Rihanna, le tout en mode rock discordant enrobé de turbulences drone, le musicien revient aux préoccupations plus abstraites de la très intrigante triplette de formats courts bhc, hbny et erldl, tantôt méditatifs, grouillants, pulsés ou larsenisants. Mais différence de taille, cette fois les guitares sont presque aux abonnés absents, aussi bien du côté des instrus d’un Aléa 1 tout en beats techno/motorik lourds, downtempo et désincarnées sur fond d’atmosphères vaporeuses ou dronesques, que sur sa suite Aléa 2 plus chaotique, organique et déstructurée :
Sommets de ce work in progress à mi-parcours, le bien-nommé Cold Clown et ses interférences vocales radiophoniques malmenées ou le plus assourdi et bourdonnant Dreams Around aux discrètes dissonances psyché sur Aléa 1, tandis que le très harsh Feel The Same en ouverture d’Aléa 2 met les oreilles à rude épreuve pour mieux laisser Sasha Andres d’Heliogabale les soigner sur un Neverskin feutré au motif de synthé tendu comme une bonne vieille BO de John Carpenter :
De quoi augurer du meilleur pour la suite si vous aimez les chemins de traverse qui vous sortent de votre zone de confort, et on ne devrait pas avoir à patienter très longtemps puisque les deux volumes supplémentaires que comptera la série paraîtront comme les précédents le dernier jour de chaque mois à venir. Rendez-vous est donc pris les 31 décembre et 31 janvier, et on sera très certainement là au début de l’année prochaine pour vous en reparler, ainsi que de l’intégrale qui verra le jour dans la foulée chez Atypeek Music et Zéro Egal Petit Intérieur avec des inédits.

www.indierockmag.com
rabbitinyourheadlight

*****************************************************************************

Vraisemblablement, Emboe sait qu'il n'y a pas qu'avec les guitares qu'il est possible de faire du bruit. Du coup, Alea – part 2 attaque direct dans le dur avec un "Feel the Same" éprouvant, quelque part entre l'Industriel et le collage radio disharmonique. Je serais tout fou, j'évoquerais un Zorn du genre Cobra, la prétention en moins.
Je dis éprouvant car, d'une, si l'on a en tête les compositions d'Alea – part 1, plutôt calmes dans leur registre Electro, on se fait cueillir direct à froid, et de deux, l'absence absolue de mélodie ne contribue vraiment pas à mettre l'auditeur dans une position d'écoute confortable. Nouvel EP, nouvelle approche donc, sans pour autant être foncièrement différente de ce que l'on connaît déjà d'Emboe. Les extrêmes y sont juste plus poussés, le délire expérimental plus marqué. La boucle "Just Your Shoulder" pourra cependant sembler plus commune, sa beauté filmique de générique de fin méritant à mon goût d'être davantage exploitée. C'est un peu comme si le mec avait une eu une excellente idée mais sans le temps de la développer. Un goût de trop peu hélas pour le seul moment calme du disque.
En troisième et dernière position, "Neverskin" bénéficie de l'intervention vocale, plus parlée que chantée d'ailleurs, de Sasha Andres. Ce titre est d'un minimalisme absolu : construit sur une ossature musicale rachitique, anorexique même, son ambiance me fait étrangement penser au début de "Side2side" de Sonic Youth sur NYC Ghosts & Flowers, les grésillements de machines agonisantes remplaçant les guitares. Vous l'aurez compris, c'est là que je mets la meilleure note, d'autant que si l'arrière-fond percussif a beau être subtil, il apporte un gros plus à la composition. C'est à ce genre de détail que l'on sait qu'on n'a pas affaire à un petit malin qui est là uniquement pour la photo de classe. Je me comprends.
In fine, comme aide à dire les pompeux qui voudraient faire croire qu'ils sont latinistes, Alea – part 2 n'a pas l'homogénéité stylistique de l'EP précédent. Les titres, si l'on peut dire, présentés ici fonctionnent comme trois humeurs distinctes : 1 : les matins de merde dans le bruit et le stress urbains. 2 : les journées calmes en balade dans un port désaffecté, avec les relents de poissons et de rouille. 3 : les soirées déprimes où l'on parle en monosyllabe de la décadence du monde occidental tout en buvant beaucoup.
C'est quand même fou de penser qu'autant de sons cohabitent dans la tête d'une seule et même personne...

www.xsilence.net
arno vice

*****************************************************************************

"...c'est une orientation noise / ambiante / electro / pop qu' il explore et pour notre plus grand plaisir..."
online.anyflip.com/fkwi/wley

w-fenec
David

tags

license

about

emboe Ile-de-France, France

Emboe is A noise / dark / ambiant / experimental project by Emmanuel Boeuf (derniere transmission,sons of frida, A shape) since 1997 to ....

between experimental noise and hushed ambiant sounds

contact / help

Contact emboe

Streaming and
Download help