The covers EP

by emboe

/
  • Streaming + Download

     

1.
03:40
2.
3.

about

emboe
the covers ep

1. turbulences
2. the diamond sea (the lost mix)
3. Diamonds ( dirty karaoké mix)

4th part of a free ep's serie

released december 15th 2015

played, recorded and mixed by emmanuel boeuf

artwork by flavien marc

credits

released December 15, 2015

turbulences : originally by [kataplismik] - written by [kataplismik]

The diamond sea : originally by sonic youth - written by t.moore, K. Gordon, L.ranaldo, S.Shelley.

Diamonds : originally by rihanna - written by b. levine, m.s. eriksen, s. furler, t. hermansen

********************************************************************************
CHRONIQUES :

En guise d'achèvement d'une année musicalement bien remplie, Emboe nous propose un EP trois titres plutôt surprenant pour qui connaît les productions antérieures du bonhomme. En effet, comme l'indique son titre, il s'agit bel et bien d'un disque de reprises à la fois curieuses et osées : "Turbulences" des amis de Kataplismik, "Diamond Sea" de qui l'on sait, peut-être la formation ayant le plus influencé Emboe et enfin "Diamond" de Rihanna.
C'est notamment l'apparente hétérogénéité de The Covers EP qui en fait un disque intéressant en soi. Car si je ne connais pas la version originale de "Turbulences", la version d'Emboe est caractéristique de ce que l'on sait de l'artiste : une attirance pour le bruit, le torturé, le sale, le disharmonieux. Difficile de dire quoi que ce soit sur cette composition : sans parole ni éléments saillants auxquels l'auditeur pourrait se raccrocher, il faut plutôt envisager la première piste comme trois minutes ou presque arrachées à Metal Machine Music, sans la fausse pose arty et avec un vrai amour de la musique Noise.
Avec "Diamond Sea (lost mix)", nous sommes déjà dans un exercice plus casse-gueule. Emboe se permet de toucher à l'intouchable et prend un risque supplémentaire en chantant. Bon, à mon goût, je ne trouve pas que ce soit son point fort mais comme ce n'est pas non plus celui de Sonic Youth, le tout passe carrément bien. Ce qui est bien plus intéressant en revanche, c'est le travail sur les guitares qui, loin de sombrer dans le plagiat cacophonique, proposent une vision très personnelle de la composition : impressionnant qu'un mec tout seul arrive à orchestrer un tel nombre de strates sonores.
Enfin, même si la reprise de "Diamond (dirty karaoke mix)" est d'abord partie d'une blague, elle a tout de même fini par se retrouver diffusée régulièrement sur une radio belge : comme quoi, on peut s'amuser tout en faisant un truc cool car, oui, cette chanson est cool, la jolie chanteuse n'ayant hélas pas eu son mot à dire. Dommage, j'aurais aimé entendre la discussion entre Emboe et elle concernant la nécessité d'ajouter de la distorsion à son œuvre.
Bon, au final, on se doute bien qu'avec cet EP l'ambition d'Emboe est de se faire plaisir mais, au travers de subtils arrangements même au cœur de la tourmente, on imagine déjà que le prochain LP risque d'être riche avec peut-être, un aspect Cold Wave accrue. Wait and see...

Arno Vice
www.xsilence.net

****************************************************************************
On aurait pu croire à une vanne.
Pour boucler cette “drôle” d’année, Emboe a offert à tous un EP de 3 titres. Trois reprises de trois groupes très différents les uns des autres : [Kataplismik] (dont on vous a déjà dit grand bien), Sonic Youth (dont on ne peut penser que du bien)… et Rihanna (dont on ne vous dira jamais rien) !
Étrange cocktail me direz-vous ? Pas tant que ça quand on connaît un tant soit peu le bonhomme qui se cache derrière le nom d’Emboe. Emmanuel Boeuf de son prénom (et là tout de suite vous comprenez mieux le nom de son projet), ancien guitariste de feu Sons Of Frida, de No.On et actuellement de Dernière Transmission, respire musique, bouffe musique, chie musique (sans doute du Rihanna). Et si la noise est sa religion, le monsieur est trèèès éclectique. Mais rassurez-vous le monsieur a bon goût. Et ça s’entend très vite sur cet EP (et sur bon nombre de ses autres projets).
La reprise de [Kataplismik], “Turbulences” un peu plus anecdotique que les deux titres suivants, sert d’intro à cet EP et nous met immédiatement dans le bain. Ou plutôt dans la tempête.
Car l’orage gronde et les drones brouillent les pistes mais derrière le fatras de guitare les mélodies s’échappent. Avec une mélodie comme celle de “The Diamond Sea”, difficile de faire un mauvais morceau me direz-vous. On peut le voir comme ça mais on peut aussi penser que remettre en question un tel monument, oser toucher, manipuler ce qui semble parfait et immuable pour y apporter sa touche personnelle, c’est assez couillu (précisons au passage qu’Emmanuel Boeuf possède un mausolée Sonic Youth et qu’il se prosterne devant trois fois pas jour, ce qui ajoute à la complexité d’une telle reprise).
Donc oui, Emboe revisite “The Diamond Sea”, le cradifie bien comme il faut en le noyant sous d’épaisses couches de disto… et lui offre une seconde vie des plus réussies. Et si, comme un Robert Smith qui adoube la reprise de son “Just Like Heaven” par Dinosaur Jr., Thurston Moore (ou n’importe lequel de ses éminents ex-comparses) se prenait d’affection pour celle-ci ? On serait en tout cas curieux d’avoir sa réaction. Thurston si tu nous lis, on peut t’envoyer ça (et t’interviewer aussi, au passage).
En revanche, Rihanna sache qu’on s’en fout pas mal de ta gueule et de tes disques, mais sache aussi que ce Dirty Karaoke Mix de ton “Diamonds” est, d’abord, très drôle, mais aussi très bon. Allez avouons, la mélodie de “Diamonds” en soi, est plutôt bien trouvée dans le sens où elle vous reste collée aux basques comme un vieux chewing-gum dégueu. Certes. Mais là, ce bougre d’Emmanuel Boeuf lui donne une profondeur insoupçonnée non pas par sa voix sensuelle (peut-être enregistrée un soir de cuite huhu) mais par la réinterpretation totale qu’il en fait à grands renforts de larsens et d’un synthé discret qui complète parfaitement le tableau. De quoi souhaiter une reconversion de Rihanna en noisy girl.
Vanne ou pas, The Covers EP nous aura bien éclaté et prouvé qu’à partir d’une mélodie efficace, même si celle-ci est initialement recouverte d’un horrible vernis appelé formatage, on peut en tirer la substantifique moelle pour en faire un délicieux breuvage. Pour ça, il faut quand même du talent.
On a hâte d’entendre le second volume de covers. Et si on se calque sur le premier modèle, voici nos souhaits de groupes à reprendre : Frustration, Jesus Lizard et Francky Vincent. Vas-y Manu t’es bon !
JL
Allez-y ruez-vous dessus, c’est gratuit. Et si l’envie vous prend de récompenser un vrai passionné, n’hésitez pas à lui envoyer des sous, il le mérite et a sans doute une wishlist de 500 albums pour compléter sa collection…

JL
www.exitmusic.fr

tags

license

about

emboe Ile-de-France, France

Emboe is A noise / dark / ambiant / experimental project by Emmanuel Boeuf (derniere transmission,sons of frida, A shape) since 1997 to ....

between experimental noise and hushed ambiant sounds

contact / help

Contact emboe

Streaming and
Download help